Secouage de cocotier

« La collaboration dans le monde du vivant »

Benoit Jaillard, Directeur de recherche INRA, UMR Eco&Sol Le monde du vivant n’est pas qu’une impitoyable jungle. C’est justement quand les espèces collaborent que se forment des écosystèmes pérennes.

Prise de notes sur le secouage de cocotier :
Différents modèles agricoles :
> > monoculture : une espèce végétale
Une espèce végétale prélève les éléments minéraux dans son environnement : on peut lui amener sous forme d'engrais. Le ph du sol rend plus ou moins disponible le Phosphore du sol (plus il est acide, plus le P est disponible)
"si vous êtes une abeille vous êtes bourré de colza"

>> ou plusieurs espèces végétales : interactions entre les espèces
Collaboration indirecte :
Chaque espèce a une action propre. l'action d'une plante modifie le ph et rend le P disponible pour les autres espèces.
On associe une espèce cultivée avec une légumineuses pour aller chercher l'azote dans le sol
En regardant le sol de plus prés, la plante ne vit pas seule : Collaboration aussi avec les microorganismes (98% des plantes)
ce qui est important, c'est le flux de phosphore
Le fonctionnement des écosystèmes s'améliore avec leur diversité
la diversité améliore le fonctionnement du système

Pourquoi perçoit-on l'écosystème comme une jungle ?

1 - Théorie de la sélection naturelle de Darwin : les individus s'adaptent à leur environnement > les individus varient
2 - l'environnement sélectionne les individus les mieux adaptés > les individus sont divers, leur descendances sont différentes.
les individus sont divers, leurs descendants sont différents
3 - Le principe d'exclusion compétitive
Le concept de niche écologique : si des espèces coexsistent, pourquoi dans un milieu comme la mer on a autant de diversité? C'est parce qu'elles habitant des niches écologiques différentes. On trouve là un écosystème = communauté stable qui va perdurer, qui sont complémentaires; chaque espèce à trouver son endroit, un espace de condition d'existence (lieux, temporalité différentes, complémentarité biologiques, chimiques

Conclusion : le monde vivant est bien une jungle impitoyable pour les individus. C'est aussi une jungle pour les espèces qui ont les mêmes exigences écologiques.
MAIS :
  • Les écosystèmes stables et pérennes sont des ensembles d'espèces complémentaires, cad qui occupent des niches écologiques différentes, complémentaires et qui interagissent au bénéfice global de l'écosystème.

Questions de la salle :
  • Parallèle entre le monde vivant et le monde social ?
notion de flux qu'on retrouve en éco, en socio.
notion de système : collection de composant qui interagissent entre eux
  • Actuellement on parle de la dépollution des sols par les plantes, est ce que ça a un rapport ? oui,
  • Écosystème Moustic : ou est le rouage qui permet au système de tenir ou de ne pas tenir
  • Si il y a 2 individus qui font la même chose, soit ils collaborent, soit ils rentrent en conflit. Si ils font des choses différentes, ils peuvent être complémentaires. Pour organiser un collectif, il faut partager les tâches
  • la collaboration avec le vivant est essentielle