MOUSTIC

Mise en Œuvre des Usages Sociaux et sociétaux de l'Internet et des TICs

 

Le Compte-rendu de la journée MOUSTIC du 19 juin 2008


>> Retour Moustic 2008 Acte I


Participants
35 personnes

Introduction
Par Laurent Marseault, Outils-réseaux



Présentation des projets


  • Concordance et Picore Gram : par Jack Chaniro et Marie Carole, Concordance
Compte rendu :
« Concordance et Picore… Gram » par Jack Chaniro, Marie Carole.

  • Objectif initial : Un espace d’expression littéraire et artistique sur le Net. Le collectif « Concordance » met à disposition du grand public des outils d’écriture et d’arts appliqués en assurant la promotion d'artistes de toutes origines. Au travers de son site Internet, il propose un espace interactif de communication et d'information sur les thèmes de l'écriture et de l'art en général.

  • Usages sociaux effectifs : Au-delà, le site est un formidable vecteur de communication et de promotion pour les œuvres d’artistes internationaux (poètes, sculpteurs, peintres, écrivains, comédiens, calligraphes,...).
A la suite d'échanges dans les forums, un projet dans le projet a émergé : « Picore Gram », conte grammatical pour apprendre de façon ludique la grammaire. En effet, le public Internet, dans le forum « Grammaire », a souhaité des conseils linguistiques, d’où l’élaboration de ce programme sous forme d’un CD contenant un document PDF (140 pages) et un diaporama Power Point (160 diapositives).
Cette véritable grammaire tout public conçue à partir de contes, d’historiettes et de mini cours donne vie aux mascottes « Concordance » - Gaffe, le poussin, créé sur le site pour informer les enfants des dangers que peut présenter Internet et Rouget (de Lille), le poisson, très ch’ti - guidées dans l’apprentissage par Marianne, leur professeur et amie.
« Picore… Gram » a été élaboré avec l’envie de faire partager un savoir linguistique, de voir progresser les jeunes, les étudiants étrangers, les étrangers en voie d’insertion… et de proposer aux adultes de guider les enfants, tout en redécouvrant les règles grammaticales.
Le pari a été pris de présenter la grammaire de façon ludique, de rendre plus attractive cette discipline souvent considérée comme « ennuyeuse ». Les explications se veulent simples, avec un retour voulu à une méthode « traditionnelle » basée sur la rigueur et la clarté des explications. Le chef de projet, universitaire, amène les exemples naturellement par la création de contes, de chansons, de comptines qui traitent un point grammatical précis (Ex. Chanson sur les signes de ponctuation - Comptine sur le pluriel en « oux »…).
Le programme sera poursuivi avec l’élaboration d’une batterie d’exercices d’application se référant aux diverses historiettes et visant plusieurs niveaux…

  • Intérêt : Mettre sur le Net un outil au contenu sérieux mais présenté de façon ludique et qui peut convenir à tous les publics.

  • Points de blocage / Fierté : Reconnaissance universitaire par rapport aux ateliers d’écriture débouchant sur le livret « Picore Gram », et une parution d’article de recherche dans la revue internationale FLE n°58. Convivialité entre artistes professionnels et amateurs, interactivité culturelle par le « Cercle » ouvert à 23 pays. Sélection du site comme projet innovant en matière de TIC au 1er Carrefour des Possibles du Languedoc-Roussillon. Invitation des Membres de « Concordance » au « Mondial des Poètes » 2007 et 2008 à Paris (Conférences au Sénat et animation poétique au Père Lachaise). Exposition publique des résultats d'ateliers d'écriture en Faculté des Lettres.
  • Etonnement : Contacts d'artistes sur des zones géographiques très étendues (moines bénédictins, poétesse algérienne, chanteuse colombienne).
  • En savoir plus : http://concordance.free.fr
  • Contact : [email protected]

Débat avec le public :
  • Quel est le modèle économique du projet ?
Il repose dans cette phase sur du bénévolat actif en équipes pluridisciplinaires avec possibilité d'éditer, de vendre le manuel de grammaire et de présenter dans des livres d’art en quadrichromie les œuvres des Membres du Collectif.
  • Comment se fait la mise en ligne des contenus ?
Il y a un comité de lecture qui valide ce qui est mis en ligne. Cette centralisation bénévole limite un peu le système (manque de temps, compétences techniques) mais est nécessaire pour la sécurité et le respect des lois (« Mascotte Gaffe » participant à la charte de sécurité sur le Net). Par contre, les forums et la rubrique « Ecriture libre » sont ouverts à tous (régulièrement contrôlés au niveau des contenus éventuellement illicites).

>> Télécharger le diaporama

  • Observatoire des Saisons : par Tamara Le Bourg, Tela Botanica
    • Objectif initial : dans le cadre actuel des préoccupations internationales sur le réchauffement climatique, les chercheurs et associations composant le groupe de recherche « Système d’Information Phénologiques pour la Gestion et l’Etude des Changements Climatiques » (4 structures : CNRS, CREA, Planète Sciences, Tela Botanica), ont lancé l’ « Observatoire Des Saisons » pour sensibiliser le public à l’impact du réchauffement climatique sur la flore et la faune, au travers d’observations d’événements phénologiques (datation d’évènements clefs du cycle de vie des plantes et des animaux, fortement contraints par les conditions climatiques environnantes). Deux sites, l’un pour les adulte, l’autre pour les plus jeunes, permettent de télécharger des protocoles très simples pour effectuer et saisir en ligne ses propres observations. Celles-ci peuvent alors être visualisées et interprétées grâce aux outils mis à disposition sur les sites, et vont parallèlement alimenter une vaste base de données exploitée par les scientifiques pour répondre à de nombreuses questions de recherche fondamentale ou appliquée.
    • Usages sociaux effectifs : 800 inscrits adultes, 50 classes.
    • Points de blocage : problématique d'animation. Pour y remédier : constituer des relais locaux, transformer les forums en listes de discussion/ fierté : le projet offre enfin la possibilité aux citoyens d'être actifs sur ces thématiques / étonnement
    • En savoir plus : http://www.obs-saisons.fr et http://www.obs-saisons.fr/junior - Contact : [email protected]
    • Débat avec le public :
      • Les financements : n'y a-t-il pas des financements de la recherche qui peuvent permettre de financer l'animation du projet ? Oui et non, du temps de travail de chercheurs du CNRS mais la dimension d'animation n'a pas assez été prise en compte.
      • Est-ce que les scientifiques font des retours au public par rapport à la collecte des données ? Un peu mais ces données s'analysent avec du temps... Pourtant, c'est un élément important de motivation de rendre visible ce que le groupe produit.
      • Projet très symbolique : il est rare sur ces thèmes que l'on demande aux citoyens d'apporter quelque chose.

  • CROC - Mangetic : par Nabil HASNAOUI AMRI et Ghislain TRIGUEROS, CIVAM 34
    • Objectif initial : un projet au service du développement territorial durable pour encourager les « systèmes agroalimentaires alternatifs » . Un site interactif permet de créer des liens entre producteurs et consommateurs et de mieux faire connaître ces systèmes d'approvisionnement. Il existe en effet de nombreuses confusions entre les différents labels et systèmes (AMAP, paniers bio...). Il s'agit d'élargir les publics de ces systèmes d'approvisionnement ("au-delà des bobos"). Des données scientifiques et techniques opérationnelles seront parallèlement mises en ligne sur le site Equal-Croc pour accompagner le développement des circuits courts alimentaires. Le projet a bénéficié d'un financement Equal (européen, dimension "emploi").
    • Usages sociaux effectifs : le projet est encore en phase de développement, les usages ne peuvent encore être analysés.
    • Points de blocage : comment se fera la sélection des producteurs ? (des critères à définir), technique (l'équipe d'animation ne compte pas d'informaticien ou de webmaster) / fierté : un projet "éducation populaire", associant aussi une dimension de formation, des débats dans les écoles et les classes / étonnement : ces systèmes existent depuis 10 ans aux USA
    • En savoir plus : http://www.mangetic34.fr et http://www.equal-croc.eu
    • Débat avec le public

  • RESF : Réseau éducation sans frontières, par Michel Elie, OUI
    • Objectif initial :informer sur l'actualité des jeunes sans papiers et de leurs familles ; organiser des actions collectives de soutien grâce à internet ; créer un réseau de solidarité ; organiser des manifestations pour les jeunes sans papiers. Public : Toutes personnes sensibles aux problèmes rencontrés par les jeunes sans papiers et leurs familles (Jeunes sans papiers, étudiants, militants, associations, enseignants).
    • Usages sociaux effectifs : mobilisation des citoyens et associations de tout horizon par le seul biais d'Internet ; une nouvelle forme d'échange au service d'un mouvement social. Réseau spontané, les outils ont été mis en place au fur-et-à-mesure.
    • Points de blocage : prise de décision quand il n'y a pas consensus / fierté : réactivité sans précédent (quelques heures) dans la mobilisation médiatique et effective (rassemblements...) autour de nombre de cas et résultats obtenus. Pratique de l'échange d'expérience. Apprentissage des participants en pratique de l'Internet, du droit des étrangers.../ étonnement : la force et la longévité du mouvement
    • En savoir plus : http://www.educationsansfrontieres.org/ et pour l'Hérault : http://placeauxdroits.net/resf34
    • Débat avec le public :
      • Y a-t-il aussi des rencontres humaines entre les membres de ce réseau ? Le réseau repose sur la liaison établie entre des groupes humains qui existaient précédemment (syndicats d'enseignants, associations de soutien aux étrangers...) ou se sont constitués au fur et à mesure (comités de soutiens, ...). La création de ce réseau a été plutôt suscitée par des "rencontres inhumaines" : l'expulsion d'un enfant, d'un jeune qui mobilise des citoyens. Mais il y a de nombreux groupes locaux ou comités de soutien (par exemple dans les écoles), en contact étroit avec les étrangers, qui organisent de nombreux événements.
>> Télécharger le diaporama

  • ONEM : Observatoire Naturaliste des Écosystèmes Méditerranéens, par David Delon, ONEM
    • Objectif initial : Utilisation d'une plate-forme collaborative sur la nature méditerranéenne. Outil de travail coopératif (Wikini), ouvert et accessible à toute personne désirant participer à des projets contribuant à la construction et la diffusion des connaissances naturalistes en région méditerranéenne.
    • Usages sociaux effectifs : 1000 participants ; fonctionnement uniquement bénévole.
    • Points de blocage : certains chantiers qui demandent beaucoup de "tâches critiques" (beaucoup de temps de travail, des compétences informatiques poussées...) n'ont pas abouti : l'édition, l'annuaire / fierté : ampleur des enquêtes de terrain, très productives elles ont remis en cause les données concernant des espèces menacées / étonnement
    • En savoir plus : http://www.onem-france.org
    • Débat avec le public :
      • Le nom "Observatoire" est-il toujours d'actualité ? Oui, pas remis en cause pour l'instant
      • Y a-t-il l'idée de se développer sur tout le pourtour méditerranéen ? Oui, c'est pourquoi le nom de domaine comporte "France", mais les limites à cet élargissement sont la capacité à animer ce réseau encore plus vaste, sur plusieurs pays.
      • Validation des données ? Processus collectif et permanent pour valider des données, avec différents niveaux de fiabilité des données collectées en fonction de différents critères (nombre d'occurrences,
>> Télécharger le diaporama

Débats et discussion


  • Des liens entre projets : RESF pourrait se rapprocher de Concordance (forum "écrits en colère").

  • Pourquoi y a -t-il beaucoup de projets naturalistes lors des rencontres Moustic ? Est-ce du à la présence de Tela Botanica dans le collectif d'associations organisatrices ou parce que ce public ou cette thématique incitent plus à utiliser les TIC ?

  • Thèmes oubliés dans les précédentes éditions MOUSTIC (à privilégier pour Moustic 2008, Acte III) :
    • santé,
    • formation en ligne,
    • archives ouvertes ("TAL"), publication scientifique (CNRS),
    • réseaux sociaux (Jamendoo : portail d'artiste, musique en libre téléchargement),
    • création artistique,
    • librairies de quartiers,
    • projets de territoires (Loupic...)
    • site de voyages,
    • route des SEL (Système d'Echanges Locaux),
    • handicap ("Halte pouce")

En synthèse : le point de vue de Pascal Renaud

1- les projets exposés semblaient souffrir d'une difficulté, soit à rencontrer leur public, soit à le fidéliser. Tous ces projet sauf RESF proposaient d'associer des "citoyens" à une action supposée apporter un bénéfice social. Il est donc plus ou moins demandé au public un acte militant sans que ce mot soit jamais prononcé.

Ces projet reposent sur un échange social entre une offre : proposition au public de participer :
  • à la compréhension des changements climatiques et à la défense de la biodiversité
  • au rapprochement des producteurs et des consommateurs bio

Et en échange une demande de collecte de données.

Cet échange entre l'offre (le projet) et la demande (le public) n'est pas toujours bien explicite. Il y a - et c'est heureux - un côté altruiste pure dans l'offre, le public devrait donc y répondre. Mais le public voit-il bien son intérêt ? Je crois que la question de la fidélisation pourrait être améliorée par une relation d'échange plus explicite entre les uns et les autres. L'échange non marchand est une notion peu habituelle qui prend des formes multiples. Il est le moteur de tous les projets sociaux. Il doit être bien explicite pour convaincre.

2- Mais l'échange non marchand n'exclue pas les questions budgétaires, monétaires. Les questions de sous sont peu explicites dans les projets (encore une forme d'échange). Les porteurs n'expliquent pas les budgets mis en œuvre. Aux questions posées, la réponse est toujours "bénévolat" sans même qu'un volume soit indiqué, ni quelles compétences sont mises en œuvre. Là aussi, les projets gagneraient à être plus transparents, notamment s'ils ont une perspective de durabilité.

Les deux remarques sont liées. Dans les deux cas, il s'agit d'échange et dans les deux cas on peut parler de transparence. Le public aime savoir quels sont les budgets et peut considérer le bénévolat mal identifié (ni politique, ni purement humanitaire) comme suspect et cachant des projets politiques ou professionnels non explicités.

Dans le projet RESF que je mets à part, l'échange est plus clair. Il s'inscrit dans la tradition politique, bénévole par principe (républicain) et donc acceptable en tant que tel par le public : je pétitionne pour mes idée. A l'offre de RESF, clairement militante, répond une demande de pétitionneurs qui souhaitent exprimer fortement leurs idées...

RECTIFICATIF :
Le point de vue de Pascal Renaud ne concerne
  • ni le site Concordance http://concordance.free.fr
  • ni le programme grammatical ludique « Picore Gram » http://concordance.free.fr/artiste.php?id=49&lang

Temps convivial

Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]